Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Share this post with your friends

Réduire les frais des soins de santé

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Vous voulez réduire votre facture chez le médecin ? Vous hésitez à demander les services d’une infirmière à domicile parce que vous en redoutez les coûts ? Dans cet article, nous vous expliquons ce que vous payez lors d’une prestation médicale, et comment le tiers payant ou le statut conventionné peuvent soulager votre portefeuille. Suivez le parcours d’Huguette pour comprendre pas à pas comment diminuer vos frais.

Tout commence par un problème de santé

Comme beaucoup de personnes âgées, Huguette se rendait régulièrement chez son médecin généraliste pour surveiller son état de santé. Mais elle est récemment tombée dans sa salle de bain. De retour de l’hôpital avec une fracture de la hanche, elle a aujourd’hui besoin de soins infirmiers à domicile au quotidien et de séances de rééducation chez le kinésithérapeute. Huguette se demande si elle va pouvoir assumer les coûts de cet accompagnement.

Dans le cas d’Huguette comme dans bien d’autres situations, voici les deux questions à se poser :

Bénéficiez-vous d’aides financières ou d’un statut préférentiel, comme le tiers payant ?
 Quels tarifs appliquent le praticien que vous consultez ? Autrement dit, est-il conventionné ou non ?

Vos réponses détermineront les montants de vos soins de santé. Allons-y étape par étape.

Le prix des soins de santé en général

Le montant que vous payez lors d’une consultation chez le généraliste est composé des trois éléments ci-dessous.

L’INAMI fixe les montants officiels des soins : l’honoraire et le ticket modérateur. Les honoraires sont remboursés par la mutuelle. Par contre, le ticket modérateur est un montant plafonné que paie le patient sans que la mutuelle intervienne. À côté de ce tarif officiel (honoraire + ticket modérateur), il y a éventuellement un supplément d’honoraire.

Pour déterminer quel montant un patient paie pour une prestation, il y a deux paramètres à prendre en compte : l’application ou non du tiers payant social et l’adhésion ou non du praticien à la convention de prix fixée par l’INAMI. Commençons par le tiers payant …

Le tiers payant (social)

Le système du « tiers payant » permet aux patients de ne pas devoir avancer la part prise en charge par la mutuelle. Il est appliqué automatiquement pour tous lors des hospitalisations et à la pharmacie. Ce procédé démocratise l’accès aux soins hospitaliers et aux médicaments.

Il est également possible de bénéficier du tiers payant pour des visites chez les médecins généralistes, spécialistes, dentistes, etc. Il s’agit alors du « tiers payant social ».

L’application du tiers payant social est obligatoire dans un seul cas : quand un patient, qui bénéficie du statut d’intervention majorée, consulte un médecin généraliste au cabinet. Si la consultation se fait à domicile, l’application est possible mais pas obligatoire.

Dans d’autres situations, les médecins généralistes, les médecins spécialistes et les dentistes peuvent également appliquer le tiers payant social, mais ils n’y sont pas contraints. Pour savoir si vous ou un proche pouvez bénéficier de cet avantage, nous vous conseillons de contacter votre mutuelle.

Huguette n’a dû avancer la part de la mutuelle ni lors de son hospitalisation, ni pour l’achat des médicaments qui lui ont été prescrits. Puisqu’elle bénéficie du statut d’intervention majorée, elle est également exemptée de payer les honoraires à son médecin généraliste. Son infirmière à domicile applique également le tiers payant, mais son kinésithérapeute non.

Grâce au système du tiers payant, Huguette peut se permettre de se soigner malgré ses faibles revenus. Cela lui évite également les démarches pour le remboursement des soins.

Médecin conventionné ou pas ?

Des prix officiels sont fixés pour les soins médicaux. C’est une convention conclue entre les mutuelles et les représentants des prestataires de soins. Ces tarifs INAMI, officiels ou encore « tarifs conventionné » sont des plafonds garantissant l’accès aux soins pour tous.

Un prestataire de soins de santé peut choisir d’adhérer ou non à la convention. S’il y adhère, il s’engage à appliquer les honoraires fixés par l’INAMI, sans supplément. On l’appelle alors « médecin conventionné ».

Toutefois, il peut également choisir d’être « partiellement conventionné », c’est-à-dire de respecter la convention seulement dans certains lieux et à certains moments de la semaine. Par exemple, un kinésithérapeute peut décider d’appliquer les tarifs de la convention lors des consultations à l’hôpital du mardi au jeudi, entre 13 heures et 16 heures, et d’appliquer des suppléments d’honoraire lors des consultations au cabinet ou à domicile, le reste de la semaine. Quoi qu’il en soit, il est tenu d’afficher ces informations à l’accueil du cabinet ou dans la salle d’attente.

D’autres praticiens ne souhaitent pas adhérer à la convention : ils sont dits « non conventionnés ». Leurs patients paient donc, en plus du tarif officiel (honoraire officiel remboursé par la mutuelle + ticket modérateur), un montant non remboursé par la mutuelle.

Toutefois, la qualité des soins dispensés ne dépend pas de leur prix ! Il est seulement conseillé de se renseigner avant la consultation sur les tarifs appliqués et de choisir en tout état de cause un praticien en qui vous avez confiance.

Huguette a choisi d’être soignée par un médecin généraliste conventionné, mais par un kinésithérapeute non conventionné car celui-ci lui a été recommandé par une amie. Quant à son infirmière à domicile, elle est également conventionnée. En résumé, voici les frais médicaux d’Huguette :

Et vous, combien payez-vous vos soins médicaux ? Voici un parcours en 2 étapes pour le savoir !

Maintenant que le tiers payant et le statut conventionné des médecins n’ont plus de secret pour vous, nous vous conseillons :

De vous renseigner auprès de votre mutuelle pour savoir si vous rentrez dans les conditions du tiers payant social.
De vous renseigner auprès de votre généraliste, votre infirmière à domicile, etc. pour savoir s’ils appliquent la convention ou non. N’hésitez pas à les contacter directement via notre plateforme.

Pour réduire les coûts de vos soins médicaux, consultez également nos articles sur les aides financières à destination des personnes âgées.

Cet article vous est-il utile ?

VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER

mood_bad
  • Pas encore de commentaire
  • chat
    Ajouter un commentaire