Les conseils de Jack pour communiquer en famille

Ce n’est pas toujours facile de réaliser que discuter avec ses (grands-) parents devient de plus en plus compliqué. On est habitués à parler de tout et de rien avec ces personnes que l’on connait depuis toujours. Et puis petit à petit, il devient difficile de se comprendre. On demande sans cesse de répéter la dernière phrase, on perd patience et malheureusement on en vient parfois à se vexer mutuellement.

S’il n’existe pas de remède miracle qui permettrait de lire dans les pensées de proches, il y a néanmoins certaines astuces qui peuvent s’avérer utiles pour améliorer la communication avec des aînés.

Connaître les faiblesses

Connaître les faiblesses du seniors à qui l’on s’adresse. Toutes les personnes âgées ne sont pas atteintes des mêmes maux et il est donc important d’adapter votre attitude en fonction de votre interlocuteur :

– S’il s’agit d’une personne malentendante : parlez distinctement et un peu plus fort que d’habitude. Cela ne sert à rien d’articuler exagérément ou de crier, la personne risque d’interpréter cela comme de la condescendance et se vexer. Evitez aussi de commencer une conversation dans un environnement bruyant, éteignez la radio et/ou la télévision. Parlez de face pour être bien audible et garder un contact visuel, cela facilite également la compréhension. Lorsqu’on vous demande de répéter pour la troisième ou quatrième fois la même information, n’hésitez pas à la paraphraser plutôt  que de répéter exactement votre phrase.

– Si la personne a une mémoire défaillante : utilisez des phrases plutôt courtes, évitez les subordonnées à rallonges qui font entrave à la compréhension. N’abordez pas trop de sujets différents à la fois, passer de l’un à l’autre pour revenir ensuite sur le premier est la meilleure façon de perdre votre interlocuteur en chemin. Concentrez-vous plutôt sur le sujet principal que vous voulez aborder avec la personne.

Pas trop de conseils

Evitez de donner des conseils, sauf si on vous le demande : les parents ont conseillé leurs enfants pendant toute leur vie, voir la situation s’inverser n’est pas toujours facile pour les seniors. C’est parfois mieux de faire appel à une tierce personne pour donner les conseils. Il est également possible d’encourager et de soutenir le senior sans pour autant donner un vrai conseil. Evitez de donner des ordres ou de faire des reproches en commençant votre phrase par « tu »,  il est par exemple moins agressif de dire «  C’est normal que tes médicaments soient toujours là ? » plutôt que « tu as encore oublié de prendre tes médicaments ! ». Riez quand vous le pouvez : les moments drôles peuvent arriver même dans les situations les plus difficiles et stressantes. Soyez ouverts à l’opportunité d’alléger les choses et de prendre la situation un peu moins sérieusement pour quelques minutes quand cela se présente. Rire ensemble permet de faire baisser la tension.

Prendre le temps

Prenez le temps de parler. Commencer une conversation en sachant que vous devez partir dans les cinq minutes qui suivent n’est pas l’idéal. N’essayez pas d’achever les phrases de vos (grands-)parents pour accélérer la discussion. Se sentir écouté est un sentiment important, et cela va d’ailleurs dans les deux sens ! Ne soyez pas condescendant en considérant par exemple le senior comme un enfant. Quel que soit son état mental ou physique, la personne qui se tient en face de vous a vécu énormément de choses et a acquis bien des connaissances durant sa vie. Se faire traiter comme un enfant peut  être dévalorisant. Evitez donc cela le plus possible, même si votre intention est de faciliter l’échange en employant des mots plus simples ou un ton différent. Dans un groupe, lors d’une réunion de famille par exemple, placez le senior en milieu de table plutôt qu’au bout de celle-ci pour qu’il puisse entendre tout le monde et se sentir concerné par la conversation.

Tous ces conseils peuvent être difficiles à mettre en place en un coup, laissez-vous le temps de vous adapter. Au début, il est normal de faire des erreurs et de commettre des impairs, l’important est de rester calme et d’essayer de profiter de l’instant présent.